Design to Improve Life, products for the aging population…


You may have already read on this blog about a Seminar I recently carried out with Elyssa Sfar of UBIK with the 4th years Masters Students at the l’école de Design Nantes Atlantique.

You can find out more about what went on in the seminar here…https://creativiteconsultants.wordpress.com/2010/05/30/design-to-improve-life-a-creativity-seminar/

Some of the products and services produced were recently featured on http://www.seniorscopie.com a web-site focusing on the aging population (Marché senior) in France.

Here’s the article (in French)

Le projet de l’Ecole de Design de Nantes-Atlantique
Du bien-être pour toutes les générations dans une économie vivace

Mis en ligne le 03/06/2010

Mathieu Servais, Franz-Renan Joly et Florian Duval sont les concepteurs-réalisateurs d’un écran qui aidera à rendre le goût de la cuisine aux aînés avec un ensemble de services sur écran tactile (2009-2010)

L’Ecole du Design de Nantes Atlantique conçoit du bien être pour la satisfaction de toutes les générations et des innovations qui aideront l’économie à s’adapter à l’évolution des composantes démographiques.
Un réaménagement des caisses de supermarché répond aussi bien à la demande de la vieille dame que de la jeune mère de famille. Ce sont ces projets qu’ont conçu les étudiants en master de l’école, mais aussi des dispositifs mémoriels et un gestionnaire de cuisine pour tous.

Sommaire Sommaire de l’article
Plus Un mode de vie accessible à tous
Plus Pas d’allergie des aînés aux NTIC
Plus Un écran plat sur la table de préparation
Plus Le client du supermarché débarrassé du passage en caisse
Plus Gestion assistée de la maison et de l’agenda

Les élèves ont-ils tous la même énergie communicative, la même foi dans le design universel, que Geneviève Sengissen, la belle tornade rousse, qui dirige à Paris l’antenne destinée à développer les partenariats de l’école, à lui trouver de nouvelles pistes, de nouvelles orientations en auscultant les tendances de colloques en salons, en France et à l’étranger ? On peut le croire. Mais, Geneviève Sengissen, jeune mère et professionnelle aguerrie, elle-même diplômée de l’ENSCI, a mesuré très directement l’expérience des bienfaits du design pour tous en devant répondre aux attentes d’une grand mère octogénaire et d’une fillette de dix-huit mois.

Un mode de vie accessible à tous
C’est donc avec un évident plaisir qu’elle détaille les voies qu’ont suivis les séminaires et ateliers de deuxième cycle menant les étudiants à bac + 5 avec des orientations telles que “nouvelles pratiques alimentaires”, “innovation responsable”, “mutation du cadre bâti”, “nouvelles mobilités”, “interfaces tangibles”, “réalité virtuelle”.
Les enseignements ont lieu en français et en anglais. Les étudiants accomplissent fréquemment une part de la fin de leur cursus à l’étranger et les innovations proposées peuvent trouver leur terrain d’élection aussi bien dans les espaces de travail que domestiques ou public, l’habitat ou le domaine thérapeutique, le transport, les espaces de restauration…selon les cas.
Les designers sont-ils les apôtres d’un mode de vie accessible à tous, sans exception, tenant compte de toutes les particularités, comme le Japon, ou comme les textes juridiques sur l’accessibilité le préconisent voire le prescrivent ?
On peut le penser au regard des objectifs que s’assigne l’école de Nantes : “Etre designer, c’est créer des solutions ergonomiques, fonctionnelles et innovantes, imaginer des solutions séduisantes qui apportent qualité et bien-être et concevoir des solutions respectueuses de l’environnement.”

Pas d’allergie des aînés aux NTIC
Parmi les projets menés en 2009/2010 par les étudiants de cinquième année figure par exemple l’objectif de “make easier the organisation in the cooking process and give the desire to cook” pour les aînés. Comment y parvient-on ?
D’abord en entrant dans la cuisine des aînés pour y observer l’organisation des placards, le degré d’appétence, les habitudes…
L’essentiel des projets avait pour parti-pris le fait qu’il n’y avait pas un rejet des aînés à l’égard de l’innovation et des nouvelles technologies, juste parfois un manque d’accoutumance due à une habitude ancrée ou un manque de familiarité en raison d’un environnement un peu isolé.
Une enquête déjà ancienne du CREDOC sur le degré de familiarité des grands vieillards avec les nouvelles technologies montre qu’en environnement favorable c’est à dire intergénérationnel, l’acquisition en était aisée et sans barrière.
L’usage est désormais très fréquent de la wii de Nintendo dans les maisons de retraite pour le maintien de la pratique de gestes favorisant la corrélation de l’activité cérébrale et physique.
“Quoiqu’il en soit, le “nouveau” l’aimantait, nouveau journal, nouveau produit…octogénaire, ma grand-mère continuait sans peine à être attirée par ce qu’elle ne connaissait pas” , commente Geneviève Sengissen.

Un écran plat sur la table de préparation
Le travail dans la cuisine a donc abouti à la réalisation d’une banque de données accessible par écran plat tactile sur la table de préparation. Cinq boutons principaux. L’un gouverne une base de 10000 recettes, un autre est une boîte à idées, un troisième mesure l’état du stock dont un quatrième indique le degré de péremption.
Le cinquième bouton corrèle la consommation alimentaire hebdomadaire avec son apport en termes de santé.
Ca vaut pour tous les âges. Voici une autre innovation qui ne manquera pas d’intéresser aussi bien les mères de famille ayant charge d’enfants que les aînés ou les handicapés devant comme chacun sacrifier du temps et du stress à la corvée de l’approvisionnement en supermarché.

Le client du supermarché débarrassé du passage en caisse
Le pire pour tous, surtout avec de l’arthrose, une perte musculaire des membres supérieurs, ou, dans les bras, un joli marmot qui voudrait bien attraper les douceurs offertes à hauteur d’œil, c’est la caisse.

Alors voici ce que proposent les étudiants nantais, images à l’appui en quelques étapes.

  1. la prise en main d’un caddy permettant d’y ancrer des sacs spécifiques selon les projets de courses ;
  2. le passage à une borne où vous attachez votre ticket à votre chariot. Celui-ci est enregistré et échangé contre un ticket ;
  3. La lecture de votre carte et du reçu vous indiquent le temps d’attente avant le paiement ;
  4. Le chariot passe dans un lecteur RFID qui identifie et scanne les prix des marchandises contenues dans les sacs avant d’établir une facture ;
  5. En attendant le paiement et la reprise de votre chariot vous patientez dans une aire de convivialité où vous pouvez prendre un rafraîchissement tout en consultant des offres d’activités, de voyages ou de nouveaux produits.

Cette prestation peut intéresser tous les clients qu’indispose le fait d’avoir à sortir leurs achats du sac afin de les présenter sur le tapis roulant de la caisse. De cette façon, une fois dans le sac, ils le sont jusqu’à la maison, à l’issue de courses sans stress. Et, arrivé à la maison, pas de sueurs froides non plus. Vous étiez déjà sûr d’avoir fermé avec la clé ” Sésame”, “la seule clé qui vous dise si vous avez ou non fermé”, également conçue comme nombre d’autres projets sous la direction de Sue Alouche.

Gestion assistée de la maison et de l’agenda
La gestion de la maison est, elle aussi, source de stress pour tous. Voici donc une offre susceptible d’en alléger le poids en alliant pratiques traditionnelles et nouvelles technologies. Les services de l’agenda sont connus mais il lui manque l’interactivité. S’organiser signifie distinguer le professionnel du personnel, gérer son agenda, ses relations, ses urgences, se maintenir en relation avec ses proches, se laisser des messages et faire des listes afin de ne pas oublier.
O’ Clock offre ces possibilités en un écran mural fixe divisé en neuf boutons illustrés de pictogrammes qui évoquent les courses, (un chariot), l’agenda (une tête et une horloge) les relations (deux têtes et une bulle) , les communications (un e-mail), l’alimentation, la santé, la musique, les sports…
Trois éditions existent de cet outil sonore et visuel où l’on peut afficher les degrés d’urgence en précisant l’intensité des sonneries remémorant les tâches par simple pression : standard, familial et professionnel. Sur ce dernier point, certains boutons se rapportent au bureau : l’outil de calcul, les horaires de transport, les courriers à traiter, les réunions à prévoir…
Bref, les exigences du design universel sont prises en compte et la technologie intégrée sans qu’elle produise une déshumanisation de la vie courant ou soit un facteur d’isolement aggravé. Au contraire. L’enseignement de l’Ecole de Nantes est ancrée dans le concret. Selon la plaquette de présentation, c’est un diplômé de 2006 qui a conçu l’intérieur de la pâtisserie de Pierre Gagnaire à Tokyo, une diplômée de 2004 qui a mis en place la signalétique tactile du centre d’ingénierie du matériel de la SNCF. Avec les exemples, l’essentiel est dit.

  • L’Ecole de Design de Nantes Atlantique, qui est soutenue par la Chambre de commerce, prépare aussi à des BTS en apprentissage et des licences professionnelles, outre ses masters. www.lecolededesign.com .
  • Contact:Geneviève Sengissen, Chargée de mission antenne Paris, (t ) +33 (0)6 15 15 23 57g.sengissen@lecolededesign.com

Jean-Yves Ruaux

Advertisements

One Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s